Le « Management D’avant »… On Y Retourne En 2022 Ou Pas ?

Le « management d’avant »… on y retourne en 2022 ou pas ?

Depuis plus d’un an, de nouvelles habitudes ont été prises. Les environnements de travail ont changé. Les mentalités aussi, parfois en profondeur : celles des collaborateurs comme celles des managers. Que va-t-il se passer une fois la normalité retrouvée à l’horizon de 2022 ? Je vous propose de traiter cette question au travers d’avis, collectés auprès de managers aguerris et de spécialistes du changement.

On l’attend de pied ferme. Elle va bien finir par arriver. Je veux bien sûr parler de la crise sanitaire. Au travail, et ailleurs, elle a bouleversé toutes nos habitudes, toutes nos organisations. Collaborateurs comme managers, en première ligne dans l’épreuve, ont changé leurs manières de travailler et d’interagir. Faut-il manager comme avant ou comme pendant ? Et pourquoi ne pas faire votre révolution ? Ces questions sont éminemment d’actualité. Et je me garderai bien de donner des leçons. En revanche, de récents échanges m’ont permis de dégager 5 enjeux à prendre en compte.

 

1/Prenez (vraiment) en compte les individualités

Pendant les longs mois de crise, vous avez, parfois dans la douleur, repensé la vie au travail dans vos équipes et vous vous êtes préoccupé de la santé physique comme morale de vos collaborateurs. Peut-être davantage qu’avant, vous avez accordé une attention particulière à chacun, en tenant compte des situations personnelles, du rapport de l’un et de l’autre, par exemple avec le télétravail.

Le sur mesure qui a marqué votre mode de management ces derniers mois risque fort de faire partie durablement du paysage, notamment dans la gestion du télétravail. Comment, en effet, demander en 2022 à vos collaborateurs de se couler de nouveau dans un système rigide ? Ce serait à la fois frustrant et inefficace.

Certains collaborateurs vont préférer des jours fixes pour télétravailler, d’autres souhaiteront davantage de souplesse, d’autres encore opteront pour un minimum de home office. Pour prendre en compte les spécificités de chacun et en même temps, échanger sur le vécu de ces derniers mois, prévoyez d’organiser des rendez-vous individuels en face-à-face avec vos collaborateurs. Même si vous avez déjà eu des temps d’échange en visioconférence, prenez le temps de rencontrer chacun. Parlez travail bien sûr, mais n’omettez pas de renouer avec le « vrai » lien humain, dans la proximité et loin des écrans.

 

2/Donnez de la valeur au collectif

En matière de sens et d’organisation, vous ferez peut-être partie des managers qui orientent leurs équipes vers un mode coopératif horizontal, favorisant l’initiative, la créativité et l’innovation. La crise a en effet mis en avant la nécessité d’une collaboration plus forte et d’une transversalité dans le partage de l’information. Dans les faits, les modèles coopératifs en sortent renforcés, en contrepartie d’une baisse de l’individualisme et d’une confiance retrouvée dans l’autre.

D’où la question que vous vous poserez peut-être : la quête individuelle de la performance à tout prix est-il le bon chemin vers la réussite collective ? Dans cet esprit, on en parle depuis longtemps mais il revient en force : le contrat collectif, qui engagerait non pas un individu mais une équipe sur une période donnée et contribuerait à fédérer un groupe autour d’un objectif commun.

Concernant les méthodes de travail, pour remettre du lien et donner de la valeur au collectif, pensez co-construction et codéveloppement. Par exemple, co-construisez votre budget avec vos collaborateurs, impliquez-les si ce n’est pas déjà le cas, dans la définition de leurs objectifs. Organisez (sans en faire partie !) des groupes de codéveloppement, au sein desquels vos collaborateurs échangeront autour de leurs problématiques du moment et trouveront ensemble des solutions concrètes.

Quant aux réunions, temps collectif par excellence, qu’elles soient présentielles, à distance ou en mode hybride (une partie des participants dans une salle et les autres en visio), trois règles clés : chaque personne présente est vraiment concernée et arrive préparée, vous ne parlez pas plus de 30% du temps, chaque réunion se solde par au moins une décision.

 

3/Pilotez, ajustez, pilotez, ajustez encore…

Que vous ayez une grande visibilité sur le court voire le moyen terme ou que vous managiez en temps d’incertitudes, piloter c’est définir des objectifs cohérents en fonction d’une stratégie et suivre les résultats. Pour autant, la consigne traditionnellement en vigueur reste plus que jamais d’actualité : fixer des objectifs atteignables. Ce qui signifie, dans certains secteurs impactés, revus à la baisse.

Néanmoins, l’objectif doit rester motivant. Pour ce faire, fixez des objectifs à plus court terme, afin qu’ils fassent l’objet de communications fréquentes entre vos collaborateurs et vous. Vous pourrez ainsi parler ensemble de façon constructive, de ce qui fonctionne bien et de ce qu’il faut ajuster sans attendre.

Par ailleurs, l’objectif n’est pas seulement lié à la performance chiffrée. Si votre activité subit la crise de plein fouet, il peut être intéressant de mettre en place des objectifs de montée en compétences pour vos collaborateurs. Par exemple, proposer à vos collaborateurs selon les cas, des certifications de leurs compétences, des reconversions professionnelles internes. D’objectifs de résultats inatteignables, vous mobilisez ainsi vos collaborateurs sur des objectifs de moyens, qui leur permettront de travailler la confiance en eux et de rendre visible leur progression individuelle. Que du bonheur, qui se répercutera aussi sur le collectif.

 

4/Communiquez mieux

Si vous faites partie de secteurs d’activités, ou d’équipes, impactés par la crise, par les transformations, vous avez peut-être dû faire des annonces délicates, voire communiquer de mauvaises nouvelles. Et prendre de plein fouet la charge émotionnelle transmise par vos collaborateurs… Pire que cela, vous avez peut-être vécu la solitude de celui (celle) qui doit parler alors qu’il (elle) n’a aucune information précise sur ce qui va se passer, face à des collaborateurs convaincus que vous leur cachez des choses…

Pour communiquer dans ces cas de figure complexes, une attitude à privilégier : l’authenticité. Celle-ci ne consiste pas à « vider son sac » devant ses collaborateurs, ou à « broder » avec des propos creux, mais à savoir dire avec des mots simples que l’on ne sait pas, quand c’est le cas, qu’on le déplore, quand c’est vrai. Et qu’en revanche, ce dont vous êtes convaincu(e), c’est que chacun en face de vous a des capacités, que le collectif est fort. Ainsi, vous embarquez l’équipe dans une spirale vertueuse.

Autre bonne pratique à adopter : le renforcement positif. Donnez du feedback, parlez de ce qui va bien, félicitez, mettez en avant les compétences activées par vos collaborateurs pour réaliser telle ou telle mission.

 

5/Occupez-vous de vous

Vous le savez, mais vous l’expérimentez pour certains, de façon toute particulière ces derniers mois : être manager n’est pas une sinécure ! Pour tenir dans la durée, au-delà de l’hygiène de vie qui vous convient, adoptez les bons réflexes. Développez vos propres compétences, notamment en management et y compris bien sûr, si vous êtes expérimenté dans le domaine. Ce que vous prônez à vos collaborateurs s’applique d’abord à vous et par ailleurs, le management évolue en permanence : méthodes agiles, soft skills, Change management… les formations sont légion. Ciblées, elles savent s’adapter par leur format et leurs modalités pédagogiques, à des plannings chargés.

 

En conclusion et pour aller plus loin

Bloquez dans votre agenda des temps dédiés à la prise de hauteur sur votre activité et celle de votre équipe, afin d’éviter l’effet « nez dans le guidon » particulièrement désagréable quand il est là en permanence.


Tant en formation qu’en accompagnement, SPECIMAN, spécialiste des sujets managériaux, vous accompagne de façon personnalisée. Contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *