Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Coronavirus-cooperation

Coronavirus : la montée en puissance de la coopération dans l’entreprise

Le coronavirus est plus que délétère pour l’entreprise et pour l’humain qui l’anime. Bouleversement des méthodes de travail, chômage partiel, licenciements, dépôts de bilan…

Mais nous pouvons pourtant relever quelques aspects « positifs ».

Le verre à moitié plein du coronavirus

Pour de nombreux salariés, le télétravail a été (et est toujours) une révélation constructive. Moins de temps passé dans les transports, liberté du mode/rythme de travail à domicile, renforcement de l’autonomie et des responsabilités en sont quelques axes forts, nous l’avons déjà évoqué.

Un autre aspect positif : la coopération. Elle s’est révélée pendant le confinement : les portages bénévoles de repas aux soignants, la confection de blouses, masques… Ou encore le soutien des musiciens de nombreux orchestres, qui ont joué de leur instrument chacun reclus chez soi afin de former un grand orchestre virtuel.
Sans oublier l’attention et le soutien à distance, au sein de la famille et/ou envers les seniors notamment.

Dans l’entreprise aussi

L’équipe et l’entreprise dans son ensemble profitent de cette vague de coopération. Des collaborateurs plus impliqués, parfois plus ouverts aux autres, sont des aspects qui favorisent efficacité et bien-être.

Il peut être utile de tirer parti de cette vague pour renforcer encore cette coopération et développer la transversalité dans l’entreprise, en ces temps de « virtualité généralisée ».

L’écoute et la disponibilité dans un cadre « élargi », notamment transversal

Coopérer, c’est échanger, se mettre au service de l’autre, travailler avec. Il faut être capable d’écouter, donc être prêt à partager. Il faut, autant que faire se peut, privilégier les discussions « en direct » par téléconférence, par téléphone ou par rencontre physique et éviter l’e-mail, afin de réinjecter de l’« d’humain » dans ces échanges.

Cela nécessite par conséquent un peu de temps dégagé sur l’activité professionnelle. Le manager ne doit pas s’en offusquer : les règles « habituelles » doivent être assouplies. Si le temps d’échange peut être développé, il ne doit pas « trop » phagocyter le temps de travail néanmoins : il est normal de définir clairement auprès de tous de nouvelles limites, et plus généralement de poser les bases de nouvelles méthodes de travail.

Dans ce cadre, ces incitations aux échanges peuvent s’élargir aux salariés hors de l’équipe. Pourquoi ne pas organiser une réunion avec une autre équipe de l’entreprise ? Avec les meilleurs clients ?
Histoire de mieux connaître les autres, leurs propres méthodes de travail au quotidien, leurs services, leurs besoins… C’est une nouvelle occasion d’échanger mais aussi de renforcer la circulation transversale des idées.

Une méthode de travail redéfinie

Outre plus de latitude sur le temps de travail, c’est l’appréhension du fonctionnement de l’équipe elle-même qui est à réévaluer par le manager dans le sens de la coopération.
Elle doit inclure notamment de grands buts partagés par tous. C’est par exemple respecter les gestes barrières, marque de respect envers l’autre.

Mais plus avant, c’est aussi l’idée de se dépasser pour contribuer à sauver l’entreprise et les emplois de tous. C’est encore atteindre des objectifs (revus probablement à la baisse) pour participer à la bonne image et au dynamisme de l’entreprise. C’est également l’attention toute particulière portée aux clients, qui soutiennent eux aussi l’avenir de l’entreprise.

Une autre technique pour favoriser les échanges à travers la méthode de travail : organiser régulièrement des retours d’expérience, enrichir le groupe des bonnes démarches comme de celles qui ont échoué sont des initiatives riches d’enseignements pour l’avenir.

 

En conclusion et pour aller plus loin

Le quotidien du manager est totalement transformé par les conséquences multiples du Coronavirus. Le manager doit être à la fois proactif, totalement à l’écoute, et profiter de cette grave crise pour renforcer la coopération au sein de l’équipe et de l’entreprise. C’est un gage d’efficacité et une excellente façon de faire avancer l’entreprise à travers les actuelles bourrasques qui ne cessent de se manifester.

Un peu de recul permet au manager de faire le point, d’organiser ses propres actions à venir et d’intervenir efficacement auprès de ses collaborateurs. Dans ce cadre, l’appui d’un professionnel extérieur peut être décisive. C’est une des missions de Speciman : contactez-nous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *