Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Speciman-religion-travail-management.jpg

À venir : du nouveau sur le fait religieux en entreprise

Nous avons déjà abordé en détail l’incursion du fait religieux dans l’entreprise à la mi-2015 (voir l’article « Religion et travail : un sujet sensible pour les managers »). Les managers confrontés au fait religieux y apparaissaient désarmés et en recherche de la « bonne » façon de réagir.

J’y présentais une méthode « simple » pour distinguer aisément le fait religieux « acceptable » par l’entreprise, d’autres pratiques inadmissibles.

À l’époque, le fait religieux était majoritairement vécu sans difficulté par les collaborateurs de la personne manifestant sa croyance sur son lieu de travail.

Le fait religieux aujourd’hui : la méconnaissance des managers peut générer des discriminations

Le constat aujourd’hui serait peut-être moins favorable : les attentats, les tensions communautaires qui en ont découlé au quotidien, les polémiques générées par des paroles publiques, les migrants… le cadre sociétal a clairement changé en France depuis 18 mois. L’entreprise n’est pas une entité « hors sol » : le fait religieux y cristallise des difficultés.

Si la gestion du fait religieux dans le service public est « relativement » simple, il en va tout autrement dans le privé, où la laïcité ne s’impose pas.

Il est donc utile d’avoir un « guide pratique » pour aider les managers à réagir face à telle ou telle expression du religieux dans l’entreprise. Bien que chaque cas soit particulier, un rappel de ce qui est légalement autorisé – ou pas – peut aider les managers au quotidien. Car manquer d’informations et mal connaître les textes légaux peut, à l’inverse, générer des discriminations au sein de l’entreprise.

Une brochure du Ministère du Travail dédiée au fait religieux dans l’entreprise

Plus largement, s’écarter du seul rappel de la loi pour trouver aussi des conseils visant à la résolution des tensions est un véritable atout.

Refus pour un homme de travailler avec une collaboratrice ou même de la saluer, invocation d’une fête religieuse pour justifier une absence, port d’une tenue vestimentaire propre à une religion, demandes de pauses pour des prières, revendications de plats particuliers au restaurant d’entreprise, refus d’une visite médicale obligatoire… sont quelques aspects sur lesquels ce guide doit apporter une position légale et des suggestions d’actions.

C’est le 20 octobre que le Ministère du Travail présentera cet outil : affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *