Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Speciman-manager-leader.jpg

Leader, manager ? Des définitions à revoir en 2016

On l’a tellement lu que l’on a fini par le croire : le leader n’est pas (nécessairement) un manager, et réciproquement.
Mais si le sujet n’était finalement pas aussi tranché ni aussi simpliste ?

Les définitions « habituelles » de leader et de manager

Rappelons rapidement les définitions « classiques » du leader et du manager dans l’entreprise.

Le leader transmet une vision, une stratégie, il inspire ses employés, donne un cap à ses équipes : il affirme « Voici ce que l’on doit accomplir ». Il crée et impulse une dynamique.
En sortant de sa zone de confort pour aller de l’avant, il peut avoir des doutes sur le but qu’il a fixé, mais s’il peut connaître l’angoisse, il transmet néanmoins une énergie positive. C’est lui qui distille l’innovation.
En revanche, il ne faut pas attendre de lui qu’il soit efficace dans l’exécution au quotidien.

Le manager est reconnu pour être un « opérationnel » : il est organisé, il contrôle, il suit les équipes et s’investit pour qu’elles soient efficaces et qu’elles atteignent les objectifs assignés par le leader.
Il accompagne le changement, il planifie, organise et évalue. Souvent, il n’accorde pas sa confiance immédiatement : il doit d’abord reconnaître les compétences de chacun, veiller à la « bonne » organisation de l’équipe et l’entretenir pour asseoir son efficacité.

Idéalement, un chef d’entreprise doit donc être un bon leader. S’il s’agit d’une petite structure, il devra aussi être un bon manager.

C’est bien là une situation « modèle » peu souvent rencontrée : les petites entreprises n’ont parfois ni leader ni manager. C’est le cas de nombreuses start-up gérées par des ingénieurs, par exemple. Les compétences sont là, la vision et le « comment » sont souvent absents ou insuffisamment définis.

Les grandes entreprises sont généralement menées par un leader… et de nombreux managers gèrent toutes les strates de la structure. L’autonomie est souvent bridée, l’accès au leader restreint.

Leader et manager : qu’en est-il en 2016 ?

Nous le constatons depuis des années : la structure même des entreprises se modifie, les modes d’organisation se transforment – et remettent en question la verticalité organisationnelle – les types de management se diversifient (voir par exemple l’article « Dirigeant», « manager»… et si l’holacratie les rendait obsolètes ?), beaucoup de start-up ou d’entreprises innovantes valorisent l’autonomie, la créativité, le nomadisme…

Tout changerait dans le monde du travail, sauf les notions de leadership ou de management ?

La réponse est claire et doit éloigner tout manichéisme : la frontière entre le leader et le manager évolue elle aussi, notamment avec l’arrivée de nouvelles générations qui appréhendent différemment le monde du travail… et leur insertion dans celui-ci.

Les individus issus de la génération Z, notamment, sont souvent moins en adéquation avec les structures de travail « habituelles » : plus « façonnés » par les réseaux, ils souhaitent une souplesse face au cadre de travail et aux horaires établis. Ils savent que leur avenir est dans une succession de postes – et d’entreprises – et s’avèrent moins fidèles à l’entreprise que leurs aînés.
Comment les motiver et les manager aujourd’hui ?

Le « bon » manager aujourd’hui

Assurer le fonctionnement de l’équipe – et donc l’efficacité et la motivation des collaborateurs qui la composent – fait bien sûr partie des prérogatives du « bon » manager. Il lui revient en effet de gérer les envies et les modes de travail de chacun, pour entraîner le groupe  et les individus dans une dynamique vertueuse. C’est de la responsabilité du manager de ne pas seulement organiser mais bien de donner un cap, d’animer, de motiver, de faire progresser, d’intégrer l’innovation au sein de son équipe : il devient alors un leader.

Les solutions pour développer ou améliorer son leadership

Contrairement à beaucoup d’a priori, le leadership n’est pas nécessairement inné : il s’apprend et s’entretient.
Cela demande d’appréhender les méthodes et outils du leadership, de connaître les différents styles de leadership et comment les exercer, faire siennes les techniques de communication du leader… autant de démarches auxquelles DOIVENT s’intéresser dirigeants et managers d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *