Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Sieste.jpg

La sieste au travail est inscrite dans la constitution…

…chinoise ! Elle y est considérée comme un droit du travailleur.

En France, elle est clairement moins estimée et reste associée à la nonchalance, voire à la paresse. Le salarié français « efficace » doit être un battant, relever des challenges, être réactif à tout moment, connecté en permanence et arborer un dynamisme de tous les instants.

Dans la « vraie vie », la vie du salarié est clairement moins idéale, et le burnout reste toujours un risque psycho-social d’actualité.

Et si chacun consacrait un peu de son temps à une vraie pause, et militait pour une sieste au travail ? 

Militez pour la sieste au travail… en chiffres

De nombreux arguments scientifiques peuvent étayer votre discours pro-sieste auprès de vos supérieurs suspicieux. Car la sieste est une nécessité physiologique pour un travail constructif. La fatigue est chronophage et altère donc la productivité. Après 15 heures d’éveil par exemple, nos réflexes sont similaires à ceux d’une personne ayant 0,5g d’alcool dans le sang.

« 20 minutes de sieste après le déjeuner équivalent à 2 heures de sommeil pour nos neurones », explique Bruno Comby*. Jacques Chirac a d’ailleurs préfacé  l’ouvrage de ce dernier, dévoilant ainsi une raison de son énergie hors-normes lorsqu’il était en responsabilité.

Militez pour la sieste au travail… par l’exemple

Si les chiffres ne suffisent pas à convaincre votre patron, évoquez Picasso, Einstein ou Napoléon, tous adeptes de la sieste.

Salvador Dali pratiquait la micro-sieste comme il l’expose dans son autobiographie* : assis dans un fauteuil lui-même posé sur un grand plateau d’argent, il tenait une cuillère du même métal entre ses mains jointes. L’assoupissement relâchant les muscles, la chute de la cuillère sur le plateau réveillait l’artiste : il était alors requinqué pour travailler à nouveau et enrichir ainsi son abondante production artistique.

Militez pour la sieste au travail… en clair

Car en effet, la sieste renforce la créativité, et pas seulement chez les artistes. Voilà un nouvel argument pour votre boss : on connaît l’importance de la créativité pour un management réussi (voir mon article « La créativité au travail : un axe de l’innovation en management ? »).

Et au-delà des réflexes, de la créativité et de la productivité, elle permet de réduire le stress, de mieux aborder les événements générateurs de tension (intervention en public, entretien d’évaluation…), augmente la mémorisation et renforce simplement la santé physique et mentale.

Oui mais : comment faire la sieste au travail ?

C’est souvent là que commencent concrètement les problèmes… or l’idée est bien de se reposer, pas de générer de nouvelles difficultés !

Un espace dédié à la sieste

Bien sûr, l’idéal est de profiter d’une zone de détente dans l’entreprise même.

Ça n’est pas le cas ? Si vous habitez une grande ville, vous pouvez certainement y trouver un « bar à sieste » ! Le concept fait florès, profitez-en !

Créez votre espace dédié à la sieste : votre bureau !

Vous n’avez pas le temps de vous déplacer ? Si votre boss est suffisamment convaincu pour vous accorder une sieste, mais pas assez pour aménager un espace dédié dans l’entreprise, tout n’est pas perdu. Comprenez-le, il veut d’abord constater combien ces 20 minutes vont booster votre travail (il va vous falloir assurer ensuite !).

Nul bureau vide, pas le moindre cagibi loin de la machine à café ? Se réfugier aux toilettes ne semble pas être la solution idéale.

Il faut vous rendre à l’évidence, faire une vraie sieste dans l’open space où se trouve votre poste de travail semble illusoire. Mais semble seulement : la technologie du 21ème siècle vient à votre secours !

Une entreprise espagnole*** a créé l’outil ad hoc : l’Ostrichpillow (littéralement « l’oreiller autruche »). Un objet pour le moins original, à éviter si votre ego ne supporte pas les probables railleries de votre entourage professionnel. Un mix entre le coussin et la cagoule, dans lequel vous allez plonger tête et mains, qui s’avère un cocon pour vous isoler du monde extérieur et dormir confortablement, directement sur votre bureau.

Faites de beaux rêves !

* Éloge de la sieste, Bruno Comby, 1992
** Journal d’un génie, Salvador Dali, 1963
*** Studio Banana Things

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *