Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Femmes-chefs-dentreprise.jpg

Femmes chefs d’entreprise : où en est la parité en 2013 ?

Les femmes chefs d’entreprise représentent l’un des grands chantiers de travail pour nos gouvernements dans les années à venir.

De fait, une femme chef d’entreprise porte le poids d’un double enjeu : éthique et économique. Au mois d’avril, un imposant travail a été publié par Claire Bernard, Caroline Le Moign et Jean-Paul Nicolaï (du Centre d’analyse stratégique, département Économie Finances) sur le site http://www.strategie.gouv.fr/

Je me propose ici de faire un point sur ce travail.

Pourquoi un état des lieux sur les femmes chefs d’entreprise ?

 L’enjeu de ce dossier préparatoire est d’importance : il s’agit de poser les jalons des politiques à venir concernant les femmes chefs d’entreprise. Voici en substance les enjeux qui ont motivé la commande dudit dossier :

1. Favoriser la parité hommes-femmes en entreprise

Rien moins que cela ! En 2013, aussi bien la culture populaire que les résultats d’études menées dans le Monde et plus particulièrement en Europe transcrivent la réalité suivante : l’entreprenariat au féminin est, de fait, encore largement défavorisé.

Nous vivons dans une société qui se veut progressiste, notamment sur l’égalité des chances et la parité. Certes, Les femmes ont encore une longue route devant elles, mais elles ont au moins acquis la validation théorique de leur place dans notre système.

On conviendra que le sujet des femmes chefs d’entreprise est essentiel dans ce débat !

2. Le poids économique des femmes chefs d’entreprise

L’argument est ici beaucoup plus pragmatique : il s’agit de se pencher sur les femmes entrepreneures au regard de leur efficacité économique et de l’impact lié en termes de croissance.

Nous sommes dans une société en crise, notre gouvernement cherche des solutions… Si l’entreprenariat au féminin porte en lui un potentiel de croissance insuffisamment exploité, il est assez cohérent que l’on s’y intéresse !

Dans un cas (éthique) comme dans l’autre (économique) il apparaît essentiel de prendre connaissance des facteurs bloquant l’entreprenariat au féminin, et de ceux qui, au contraire le stimulent.

L’étude tente de faire le point sur ces facteurs, puis d’identifier des pistes favorisant la multiplication des femmes chefs d’entreprise.

État des lieux : une inégalité avérée en France

Les femmes chefs d’entreprise, une réalité illustrée par des chiffres  «froids » 

Si l’on en doutait encore, la synthèse proposée ici balaie le flou :

  • La part des femmes entrepreneures en France est de l’ordre de 30 %
  • En 2009, moins de 1 % des Françaises sur la tranche d’âge 18-64 ans a créé une entreprise
  • Cette tendance est stable

Ces chiffres « froids » posent clairement le problème : il y a du pain sur la planche !

Des chiffres « tièdes » posent le constat d’une subjectivité sclérosante

Si à la vue des chiffres précédents, on serait tenté de se lever comme une seule femme (je ne résiste pas !) pour partir en guerre, les chiffres suivants appellent à la nuance.

Les hommes et les femmes ont un regard pareillement bienveillant sur l’entreprenariat en termes de choix de carrière, mais…

  • Confiance en soi : 53,2 % des hommes s’en sentent capables, contre 35,2 % des femmes
  • Intention : 10,5 % des hommes ont l’intention de se lancer, contre 6 % des femmes

Il y a bien un problème de perception subjective face à un projet d’entreprenariat au féminin : la culture de l’inégalité sexuelle dans l’entreprenariat est… partagée par les deux sexes !

Les femmes chefs d’entreprise « en chantier » : Bilan de l’étude 

Je ne rentrerai pas ici dans le détail de l’étude, trop long et complexe pour un simple article. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à télécharger directement la source ici.

Ce que je retiendrai de cette lecture, c’est une idée. Il apparaît clairement que les auteurs manquent de données précises qui leur permettraient d’aboutir à des recommandations précises elles aussi. La conclusion clôt le document sur 3 grandes pistes, l’une d’entre elles étant  de « mieux documenter l’entreprenariat féminin ».

L’idée dont je parle plus haut est la suivante : la parité hommes – femmes n’est pas tout à fait un questionnement récent. C’est pourtant en avril 2013 que, dans une démarche de réflexion sur les pistes d’amélioration de la situation dans le cadre entrepreneurial, l’on se rend compte de notre incapacité technique à appréhender la situation des femmes chefs d’entreprise dans son ensemble.

Cette étude du centre d’analyse stratégique est claire, sérieuse et menée dans un souci d’exactitude. Elle livre un constat factuel et étayé sur notre dénuement face à l’une des grandes questions qui, depuis une bonne quarantaine d’années, interpelle la société française. Mieux vaut tard que jamais, espérons que ce constat engendrera de nouvelles recherches, de nouvelles études qui feront émerger des choix politiques pertinents et productifs.


photo credit: M. Dolly via photopin cc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *