skip to Main Content
+33 (0)6 07 99 67 94 contact@speciman.fr

Je suis manager, sortez-moi de là !

Vous couliez des jours heureux dans votre entreprise et au sein de votre équipe. Techniquement compétent, autonome, impliqué et apprécié, cela vous a semblé une évidence que de dire oui lorsqu’on vous a proposé de succéder à votre manager, partant en retraite. Votre solide bon sens et votre sens du relationnel en bandoulière, vous avez démarré avec optimisme votre mission managériale. Las… quelques semaines plus tard, le contexte s’est complexifié, les enjeux se sont durcis, un ex-collègue vous bat froid, l’équipe a été remaniée, bousculant vos repères. Confrontés à ces remous, de forts doutes vous assaillent, vous pensez même jeter l’éponge. Pas si vite ! Voici 3 questions légitimes et leurs pistes de solution.

1. Manager, est-ce inné ?

On ne s’improvise pas manager, on le devient. Maîtriser les différentes casquettes d’animateur, de pilote, accompagner tout en garantissant la performance attendue, nécessite un mental solide et des connaissances spécifiques. La tâche est ardue ? Formez-vous sans tarder. Un socle solide de « fondamentaux » vous outillera tout en favorisant votre hauteur de vue. Il vous paraîtra plus aisé de fixer votre cap à partir des orientations de votre entreprise, d’établir votre feuille de route, de déterminer des objectifs clairs.

2. Dois-je manager comme le faisait mon prédécesseur ?

Ce n’est pas le sujet. La bonne réflexion à avoir est plutôt « Comment est-ce que je veux me positionner ? Quel cadre poser, sur le fond comme sur la forme ? ». Avec vos ex-collègues comme avec les nouveaux entrants, deux questions clés : « Qu’attends-tu de moi en tant que manager ? » et « Qu’est-ce que j’attends de toi en tant que collaborateur ? ». Les réponses apportées donneront à chacun le « mode d’emploi » de l’autre et serviront de base à un contrat moral coconstruit sur lequel chacun s’engagera.

3. Et si finalement, manager ne me plaît pas, est-ce un échec ?

En aucun cas. Tout d’abord, s’interroger sur ses envies est légitime quel que soit le poste occupé. Ensuite, tout le monde n’est pas fait pour être manager. Faire preuve d’intelligence émotionnelle, garder du temps pour soi et pour ses collaborateurs, être source de motivation, communiquer de façon adaptée, capter les signaux faibles, savoir prendre des décisions parfois difficiles en étant soumis au feu de la critique… Si cela n’est pas vous, alors il est peut-être temps de dédier vos compétences sans culpabilité aucune, à un autre métier plutôt que de vous épuiser dans un rôle qui ne vous convient pas. The right person in the right place !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top