Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Manque-confiance6.jpg

Le manque de confiance en soi est-il une fatalité ?

Certains individus montrent au quotidien une assurance sans faille ; d’autres se cacheraient dans un trou de souris lorsqu’ils sont au centre de l’attention. Nous ne sommes pas tous égaux face à la confiance en soi.

Voici deux exemples vécus :

Manque de confiance en soi en situation professionnelle

J’ai rencontré la semaine dernière Eric, manager trentenaire d’une filiale de groupe industriel. Ce premier contact visait à faire connaissance en vue d’un accompagnement individuel.

Le coaching avait été suggéré à Eric par le DRH, au cours d’une discussion informelle.

Cordial, à l’écoute, doté d’une belle aisance verbale, Eric s’est montré très ouvert.

Spontanément, il m’a livré l’objet de notre rencontre, en ces termes :

« Je n’ai pas de souci de résultats aujourd’hui, tout se passe globalement bien. Avec mon manager, avec mon équipe, pas de conflits, même si nous ne sommes pas toujours d’accord. Il faut dire que je prends énormément sur moi, on me dit que je suis un vrai gentil. Le problème, c’est moi avec moi. Je passe mon temps à arrondir les angles c’est-à-dire que je ne riposte jamais quand on me cherche. J’ai sans cesse l’impression de ne pas être au niveau de ce qu’on me demande. Une prise de parole en réunion me donne un stress pas possible, je suis persuadé qu’on va me juger de façon négative. Je n’en dors pas la veille. Et à l’oral, je suis tendu. Je ne défends pas mes idées : un projet en interne auquel je tenais vient de me passer sous le nez parce que je n’ai pas su me mettre en avant. Tout cela finit par me miner, il faut que je trouve une solution…”

Autre exemple : Béatrice, après 18 ans passés au commercial dans la même entreprise, a décidé, pour booster sa carrière, de changer :

  • de fonction
  • et de société.

Il ne s’agit nullement d’un coup de tête mais d’un projet mûrement réfléchi. Béatrice s’est minutieusement préparée : elle a  cerné son objectif (passer du commercial aux achats en 2015), s’est beaucoup renseignée et formée. Depuis un an, elle ne cesse de parler à son conjoint, à ses amis, de ce qu’elle veut accomplir. Son projet, tel qu’elle me l’a présenté, tient parfaitement la route.

Pourtant, au moment de passer concrètement à l’acte, elle se dit “sur le reculoir”. Elle trouve chaque jour de nouvelles raisons pour ne pas répondre aux offres qui se présentent. Elle pense “qu’elle ne va jamais savoir se vendre”, que “finalement son projet est nul”. Très consciente de l’aspect irrationnel du phénomène, elle m’a demandé de la rencontrer afin de l’aider à surmonter ce “doute perpétuel qui pourrit sa vie professionnelle et nuit à sa crédibilité personnelle”.

Le manque de confiance en soi est à dissocier de la notion de compétence

Eric, comme Béatrice, sont compétents dans leur fonction et reconnus comme tels. Loin des clichés, ils sont tous deux extravertis, bien dans leur poste et a priori également dans leurs vies familiale et sociale. Pourtant, ils traînent un déficit de confiance qui les tire vers le bas et constitue un frein réel à la réalisation de leurs aspirations.

Ce mal peut toucher tout un chacun, aussi talentueux soit-il. Ainsi, en début d’année, le Chef et Restaurateur Olivier Belval a mis fin à ses jours. Décrit comme un grand professionnel, apprécié par ses pairs comme par ses clients mais très fragile, il n’aurait pas réussi à surmonter ses angoisses.

Ceci est bien sûr un cas extrême. Mais dans le monde du travail, les souffrances de celui qui doute sont bien réelles et peuvent être quotidiennes.

  • “Je n’arriverai jamais à boucler ce dossier”
  • “Je n’ai pas les compétences pour mener cette mission”
  • “Mes collaborateurs ont un savoir technique que je n’ai pas, comment vais-je être crédible pour les encadrer”
  • “Je dois intervenir en Comité de Direction, j’ai peur…”

 …autant de pensées récurrentes qui inhibent l’individu, lui ôtent sa joie de vivre et peuvent l’amener à se replier sur lui-même. Les paroles réconfortantes du genre “tu verras, tu vas y arriver, tu es bon dans ce que tu fais” ne changent souvent rien à l’affaire : pire encore, on peut par ignorance bousculer celui qui doute en lui disant qu’il le fait exprès pour “faire son intéressant”…

Alors, doit-on se résigner à vivre avec son déficit de confiance ?

Coaching et travail sur l’image de soi

Évidemment, non : le manque de confiance en soi n’est PAS une fatalité

… pour peu que l’on souhaite investir du temps et de l’énergie afin d’améliorer son quotidien.

Si tel est le cas, l’accompagnement d’un coach professionnel offre des résultats concrets se traduisant à la fois par une performance professionnelle et un confort personnel optimisés.

Il faut en premier lieu en comprendre l’origine.

Ensuite, il faut prendre en compte que, si notre esprit sait générer des doutes, il a également la capacité de les ôter.

Souvent sollicitée sur ce sujet en entreprise pour des coachings individuels, j’ai eu le très grand plaisir de voir se transformer positivement les personnes que j’ai eu la chance d’accompagner. Car si le coaching ne peut se substituer à une thérapie pour les cas les plus sensibles, il existe de vraies pistes de travail concrètes qui permettent de renouer avec la confiance en soi.

Ces pistes sont forcément spécifiques, inhérentes aux contextes et problématiques de chacun, donc adaptées au plus près de l’individu. 

Elles permettent, entre autres, de faire s’exprimer les potentiels réels de chacun, de travailler sur les pensées et émotions bloquantes, de se libérer du poids des regards (le sien, celui des autres), de faire naître de nouveaux comportements.

Prendre la parole face à un groupe, par exemple, peut ainsi être vécu de façon très différente avant et après un coaching. Si cet exercice était un calvaire avant, certes il ne se transformera pas forcément en un pur moment de bonheur après, mais il perdra beaucoup de son potentiel anxiogène.

Nous sommes certes dans un cadre professionnel, mais les résultats que l’on obtient impactent directement la vie personnelle en apportant véritablement, avec un choix méthodologique adapté aux objectifs spécifiques de chacun, un “mieux-être” et un “mieux-vivre” son quotidien.

Vous voulez en savoir plus ? Contactez-moi !


photo credit: vincent guillocher via photopin cc

 

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Bonjour Catherine, en effet, nous sommes rarement égaux dans la vie. Vu que l’équité fait partie de mes cinq valeurs de base, je suis très sensible à cet aspect de la vie. Cependant, c’est la réalité et il appartient à chaque personne de trouver des solutions sur mesure. Merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *