skip to Main Content
+33 (0)6 07 99 67 94 contact@speciman.fr

Optimisme à outrance au travail : bénédiction ou malédiction ?

« Sois positif ! » : une maxime apparemment bienveillante que vous avez sûrement déjà entendue au bureau. Mais que se passe-t-il lorsque cette recherche constante du positif devient pression plutôt que soutien ? Explorons ensemble les nuances de la « positivité toxique » au travail, un phénomène bien plus complexe qu’il n’y paraît.

Décryptage

1. Vous

Être bien dans son travail comme avec ses collègues, ne se traduit pas forcément par être joyeux tout le temps ou ne pas ressentir d’émotions peu agréables. Or, vous sentir en échec face au « tout positif » peut saper estime de vous et confiance en vous. Coupable, honteux de vos émotions dites « négatives », vous les refoulez alors, au risque d’entretenir épuisement émotionnel et stress. 

2. Vos relations interpersonnelles

Dans l’incapacité de partager vos véritables ressentis pour éviter d’être perçu comme négatif ou défaillant, vous vous isolez. Les relations avec votre manager, avec vos collègues, perdent en authenticité et en profondeur. 

3. Votre performance

De vraies difficultés, de réels écueils que vous rencontrez dans un projet ou dans l’exécution d’une mission par exemple, peuvent être occultées, avec des conséquences potentiellement préjudiciables. En cause : votre difficulté à partager des feedbacks réalistes ou à aborder des problèmes avérés, de crainte de fissurer la façade de la positivité.

Quelles pistes explorer en entreprise, pour sortir de cet engrenage ?

  • Organisation : mettre en place des espaces permettant entre autres, de remonter les situations difficiles, les problématiques. Par exemple, une réunion dédiée dans la semaine, des rendez-vous en face à face durant lesquels chacun peut exprimer de façon équilibrée, ce qui va et ce qui ne va pas.
  • Culture d’entreprise : promouvoir l’authenticité. Reconnaître les échecs comme des opportunités d’apprentissage, savoir en parler ouvertement. 
  • Communication : éviter les phrases toutes faites qui nient l’émotion de l’autre. Utiliser plutôt un langage empathique : « Cette situation ne doit pas être facile pour toi. » « Je vois que ce projet te stresse. Parlons-en. »


Chez Speciman, nous croyons fermement qu’une approche équilibrée et authentique du bien-être au travail est essentielle pour des équipes performantes. Nous vous invitons à découvrir les formations et solutions adaptées à votre contexte et répondant à vos besoins.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + dix-neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top