Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Manager-en-vacances.jpg

Les managers doivent ils tout abandonner pour bronzer ?

Juillet… Nos managers sont torturés par LA question. Comme chaque année :

  • vais je “décrocher” complètement du travail ?
  • vais je faire un vrai break ou m’organiser  des plages (sans cocotiers hélas) de  “temps” de travail, hebdomadaires, journalières ?
  • vais je céder au chant des sirènes de mon Smartphone, un peu, beaucoup, passionnément ?

Je vous propose de nous pencher sur cette délicate question en musique avec Gaetan Roussel :

5 réactions de managers en vacances : 

Le sujet du travail en vacances revient régulièrement lors de mes échanges en séances de coaching de cadres.

Voici donc comment les managers que je rencontre s’expriment le plus souvent :

Le manager définitif

“C’est comme cela et pas autrement, en vacances, je débranche, je ne suis là pour personne. C’est à ce prix que l’on revient en forme et prêt pour de nouveaux mois de travail.”

Le manager inquiet

“Je vais essayer de ne pas regarder trop souvent mon Smartphone… j’espère que je ne louperai rien d’important”…”.

Le manager rancunier

“Il y a deux ans on m’a reproché de ne pas être joignable alors que j’étais en congés à l’étranger. Cette année, j’ai prévenu, je ne serai là pour personne”.

Le manager dévoué

“Je me dois d’être présent même durant mes congés si besoin s’en fait sentir. J’estime que c’est normal”.

Le manager coupable

“Si j’ouvre mon ordi, je vais avoir toute la famille à dos. Je me connecterai peut être quand ils feront la sieste…”.

Le sujet est sensible et moins anodin qu’il ne peut le paraître. Car choisir (ou pas) de rester connecté constitue parfois pour certains un vrai dilemme. Crainte qu’il se passe un évènement majeur en leur absence, dossiers sensibles en cours, mails qui risquent de s’accumuler et qui créeront du stress dès le premier jour du retour…

Pour autant, le bénéfice procuré par une “vraie” pause est réel et reconnu comme tel par ceux qui l’ont expérimenté.

Les vacances des managers au crible des chiffres

D’après une étude publiée ce mois ci par le fournisseur de bureaux Regus et relayée sur le site d’Europe 1, 45% des salariés interrogés (surtout des cadres supérieurs) comptent travailler pendant leurs vacances : 35% estiment qu’ils vont passer 1 à 3 heures par jour à traiter à distance leurs mails et leurs dossiers et 10% plus de 3 heures. 

Femmes et hommes, même combat face à leur Smartphone ?

Non, répond l’étude. Les femmes « parviennent mieux à décrocher que leurs collègues masculins ».

Ainsi, 23% des Françaises sollicitées envisagent de travailler une à trois heures par jour pendant leurs vacances, contre 40% des Français. Et elles sont deux fois moins nombreuses (6%) à envisager de travailler plus de trois heures dans la journée.

Et hors de nos frontières, cela se passe comment ?

Une enquête mondiale réalisée par Monster révèle que 57 % des Européens estiment inconcevable d’être sollicités par leur travail pendant leurs congés. Seuls 37 % des répondants américains partagent cet avis. En Allemagne, 73 % des salariés rejettent fermement l’idée de travailler en vacances. Seuls 35 % des Français et 39 % des Britanniques partagent ce point de vue. 

En Suède et en Norvège, les entreprises coupent l’accès aux boîtes mail de leurs salariés pendant toute la durée de leurs vacances.

Alors, que faire ? (petit conseil maison pour managers indécis)

A mon sens, la clé est dans la connaissance de soi et de ses mécanismes conduisant au stress (positif comme négatif).

  • Dans l’idéal, il est avéré qu’un éloignement temporaire du travail a des conséquences extrêmement bénéfiques pour vous comme pour votre entourage personnel ou professionnel.
  • Cela étant dit, pourquoi les managers devraient-ils “s’obliger” à faire une coupure nette si celle ci doit être gâchée par des pensées polluantes (“je dois avoir des tonnes de mail”, “j’aimerais bien savoir si Machin m’a répondu”…) ? Si vous ne parvenez pas à lâcher sans angoisse, autant décider de vous accorder quelques minutes, voire quelques heures par semaine si le besoin s’en fait sentir. Vous n’en savourerez ensuite que plus pleinement les moments de détente !

Mon conseil Maison pour les vacances est donc le suivant : sachez écouter votre “petite voix”… plutôt que votre culpabilité ! Et racontez moi au retour comment vous l’avez vécu !

Je vous souhaite un bel été et vous retrouve sur ce blog à la rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *