Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Intelligence Emotionnelle

L’intelligence émotionnelle : contrairement au QI, nous pouvons la travailler pour réussir !

Aujourd’hui, la réussite ne passe pas seulement par les diplômes ni le Quotient Intellectuel de chacun. Le psychologue et chercheur Daniel Goleman a ainsi montré que le QI ne représente qu’au plus, 20 % des conditions de réussite dans la vie en général, et dans la sphère professionnelle en particulier. Ce ne sont pas seulement les individus au QI le plus élevé qui réussissent : ceux-ci ont souvent, au contraire, un QI moyen.

Le différentiel est lié à un autre facteur : l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est d’abord la capacité à prendre conscience de ses propres émotions et de celles des autres, mais aussi à les analyser pour les comprendre. C’est aussi savoir exprimer ses émotions. C’est également, à cette aulne, savoir agir de manière constructive face aux contraintes de notre environnement. L’intelligence émotionnelle concerne donc notre façon de nous comporter, de prendre des décisions qui généreront des comportement optimaux face aux difficultés de la vie sociale.

La bonne nouvelle est que, si le QI est indépendant de notre volonté et gravé dans le marbre, l’intelligence émotionnelle peut être grandement améliorée par un travail personnel : la réussite est à notre portée !

Pour faire le point sur l’intelligence émotionnelle, différents critères sont à prendre en compte. En voici trois.

Savoir se maîtriser

Se maîtriser recoupe plusieurs aspects de son comportement. C’est d’abord savoir résister au stress de la vie ambiante et du travail. Cela passe par l’expression de ses sentiments : des sentiments refoulés peuvent créer une tension pour le corps et l’esprit.

C’est également savoir gérer ses envies / pulsions pour ne pas se laisser emporter. Il est préférable de réfréner une pulsion subite plutôt que d’y céder : cela permet souvent d’obtenir beaucoup plus. C’est la condition sine qua non pour faire preuve de souplesse et être sensible aux points de vue différents du sien.

Être empathique

Un réel atout de l’intelligence émotionnelle est d’être ouvert aux sentiments et aux positions des autres, de s’intéresser à leurs préoccupations. C’est être sensible aux signaux faibles émis par les autres quant à leurs besoins et à leurs envies. Attention, cela ne signifie pas renier ses propres positions ou ne pas s’affirmer.

Ainsi, une personne à l’intelligence émotionnelle élevée saura répondre à un conflit sans être agressif ni passif, en étant posé tout en faisant preuve de fermeté, écartant toute réaction pulsionnelle. C’est également la meilleure approche pour gérer les individus avec un caractère très affirmé voire toxique.

Reconnaître et exprimer ses émotions

C’est d’abord la condition pour mieux se connaître soi-même. Il est souvent plus facile de céder à ses émotions que de les analyser. Or des émotions mal comprises génèrent des agissements souvent irrationnels.

Mettre un mot précis sur ses émotions permet ainsi de mieux les appréhender et d’y faire face de façon constructive. Ainsi, un mal-être face à une situation peut être dû à des sentiments de frustration, d’anxiété, d’oppression… qui chacun requièrent des actions différentes. Cela nécessite donc un « vocabulaire émotionnel » riche.
C’est également exprimer ses émotions de façon précise pour être bien compris.

Cela permet, de plus, d’augmenter son bien-être.

Un exemple : savoir gérer ses erreurs

Savoir gérer ses erreurs est une composante forte de l’intelligence émotionnelle.

Nous faisons tous des erreurs et il faut en tirer des enseignements pour ne pas les réitérer. Nous devons ainsi prendre du recul vis-à-vis de nos erreurs pour ne pas nous laisser enfermer dans des sentiments négatifs délétères, tels que la crainte d’agir ou l’anxiété paralysante. Ni les oublier, ni les ruminer, il s’agit d’adopter un recul constructif.

La gestion des erreurs est un bon indice de son niveau d’intelligence émotionnelle.

En conclusion et pour aller plus loin

L’intelligence émotionnelle est à prendre en compte impérativement pour, à la fois, réussir dans sa vie professionnelle, mais également pour son propre bien-être. Le fait que chacun puisse progresser en intelligence émotionnelle est une caractéristique particulièrement motivante, comparée au Quotient Intellectuel sur lequel nous n’avons pas prise.

Les coachings individuels et collectifs réalisés par Speciman intègrent de façon spécifique l’intelligence émotionnelle. Contactez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *