Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94+33 (0)6 07 99 67 94

Riegelmann

Accueillir un nouveau collaborateur : gare à l’effet Ringelmann !

Une très intéressante expérience sur le travail de groupe a été réalisée à la fin du XIXe siècle par l’universitaire français Maximilien Ringelmann. Elle se base sur le jeu « de la corde ». Deux personnes tirent chacune sur l’extrémité d’une corde et l’expérimentateur mesure la force de traction de chacun. Puis l’expérience est renouvelée avec 4 personnes, 6 personnes…
La conclusion est étonnante : plus il y a de personnes pour tirer, plus l’effort fourni par chacun décroît. Cet « effet Ringelmann » est transposé en sociologie : c’est le principe de « paresse sociale ». Plus le nombre d’individus augmente dans un groupe, moins les efforts individuels fournis sont importants.
Dans l’univers professionnel, ce principe se vérifie également : il n’est pas rare, par exemple, qu’une petite équipe, même en sous-effectif, réalise largement ses objectifs ou passe une période tendue avec succès en employant des techniques innovantes.

Intégrer un nouveau collaborateur à l’équipe

Vous êtes manager d’une équipe, vous atteignez vos objectifs, vos collaborateurs sont efficaces…: devriez-vous vous inquiéter de l’arrivée d’un nouveau collaborateur dans l’équipe ?
Il s’agit en fait de maintenir sur l’équipe un niveau de pression adéquate pour que l’effort fourni soit optimal. Une pression « adéquate », car trop forte ou trop faible, elle va démotiver chacun (voir mon article « Instaurer un niveau raisonnable de stress au travail ? Les dernières études »).

Comment faire ? Voici quelques pistes.

Donner l’exemple !

En tant que manager, vous devez montrer à vos collaborateurs que vous êtes capable de vous donner à 100 % (voire plus…) dans votre travail. Mais sans exagération : quitter le bureau de temps en temps à 17h est de plus en plus « normal ».
C’est cet équilibre qu’il faut distiller dans l’équipe pour garder un niveau de pression « raisonnable ».

Maîtriser les tâches de chacun

Ce nouvel arrivé va entraîner un redéploiement des tâches de chacun : avant de planifier de nouveaux objectifs, vous devez parfaitement appréhender qui fait quoi, avec quel niveau d’engagement. C’est la seule façon d’organiser de façon optimale le travail de l’équipe.
Attention, il ne s’agit pas de juger les collaborateurs : la confiance doit toujours être la règle.

Augmenter l’engagement

Une fois les tâches définies, profitez de cette recomposition de l’équipe : une façon pertinente d’organiser le travail est la co-organisation. C’est une bonne technique pour intégrer rapidement le nouvel élément en lui donnant un maximum de clés sur le travail de chacun et les attentes du groupe. Et cela induit également une augmentation de l’engagement chez vos collaborateurs.

Donner des objectifs plus élevés mais atteignables

Votre équipe s’agrandit, les objectifs à atteindre augmentent également. La pression exercée sur chacun ne doit pas croître exponentiellement, mais de façon raisonnable. Il ne s’agit pas, à l’inverse, de générer un effet Ringelmann : tout est dans le dosage. N’hésitez pas, par exemple, à affirmer que ce quatrième élément qui rejoint une équipe de 3 personnes va permettre de faire passer les objectifs de 100 à 130.

 

En conclusion et pour aller plus loin

Intégrer un nouveau collaborateur est un moment important pour le manager. Il ne s’agit pas seulement de gérer une nouvelle personnalité mais aussi de réorganiser le travail en maintenant une pression raisonnable.

Speciman a l’expertise de ce type de situation et peut vous accompagner avec pertinence : contactez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *