Une formation, un accompagnement, une demande de renseignements…
SPECIMAN est à votre écoute et vous répondra rapidement !

185 rue de la Pompe
75116 Paris
France

+33 (0)6 07 99 67 94

Dejeuner-4.jpg

Réussir son déjeuner d’affaires à coup sûr : le Jour J – le repas

Nous l’avons vu (cf mes articles « Réussir son déjeuner d’affaires à coup sûr ! », « Réussir son déjeuner d’affaires à coup sûr : l’indispensable préparation » et « Le Jour J – l’arrivée de votre invité et la commande »), le déjeuner d’affaires doit allier efficacité et convivialité.
Mais là, le repas commence, vous entrez en action…

Des règles de bienséance utiles pour une atmosphère de convivialité

Même si vous n’êtes pas un grand amateur de vin, ne laissez pas votre convive boire seul : vous devez vous accorder à son rythme, créer une atmosphère de confiance, être à l’unisson. Évitez par exemple d’engloutir votre plat et de regarder l’autre manger seul, et à l’inverse, ne traînez pas trop non plus : ce déjeuner doit être un moment de partage.

Bien sûr, soyez plus que raisonnable sur votre consommation de boisson : vous devez garder l’esprit clair pour mener ce déjeuner vers un succès ! Même si vous avez décidé de ne pas boire, servez-vous du vin néanmoins. Ne trinquez pas, contentez-vous éventuellement de lever votre verre avec discrétion pour saluer votre hôte.

Soyez sobre dans vos attitudes et vos gestes, paraissez naturel et décontracté. Écartez le « bon appétit ! » de début de repas. Regardez votre convive droit dans les yeux, sans insistance, restez souriant. Tamponnez-vous la bouche discrètement avec votre serviette, ne la posez pas sur la table (mais sur l’assise de votre chaise si vous devez impérativement quitter la table).

La « mise en bouche »

Même si chacun sait pourquoi ce déjeuner a lieu, évitez d’entrer trop vite dans le vif du sujet, ne soyez pas empressé. Montrez-vous intéressé par votre convive, sans évidemment devenir indiscret. Évaluez son humeur du moment pour faire preuve d’empathie. Vous connaissez ses centres d’intérêt ? Voilà un bon début pour initier le dialogue. Vous savez qu’il aime l’art ? A-t-il profité de son séjour pour voir telle exposition ? Ou évoque-t-il de lui-même l’activité de son entreprise ? Vous pouvez le laisser s’exprimer, il va se sentir à l’aise, c’est bon signe.
Si votre interlocuteur, de personnalité introvertie, parle peu, évitez de combler les silences par un flot de paroles : respectez son rythme. Écartez tout sujet qui pourrait s’avérer trop personnel : n’évoquez pas sa femme (si c’est un homme), peut-être ne sont-ils pas en très bons termes, n’altérez pas l’ambiance conviviale qui se crée.

Passez à l’action !

Attention néanmoins de ne pas oublier le but qui est le vôtre : si au début du plat principal vous n’avez pas entamé le cœur de votre discussion, il est temps de s’y atteler ! Profitez d’une pause, d’un sujet connexe pour le ramener vers votre terrain : vous serez dans la dynamique de l’échange.
Si en revanche votre interlocuteur a d’entrée précisé qu’il disposait de peu de temps, raccourcissez ces préliminaires.
Vous y voilà, vous parlez business. Déroulez le plan que vous avez prévu en amont. Vous êtes concis et précis. Pas trop néanmoins, n’encombrez pas l’esprit de votre interlocuteur par un excès de chiffres, par exemple : vous n’êtes pas dans le contexte d’une réunion. Sortez éventuellement discrètement votre quart de feuille où figurent vos chiffres (et seulement eux, le plan de votre argumentaire n’y figure pas!), mais n’envahissez pas l’espace du repas avec d’autres documents.

Ainsi, vous en arrivez à la fin du repas… que nous allons traiter dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *